Mon MinsGame de novembre : le bilan !

Hello !

Mes articles sont de plus en plus espacés… La faute au travail (qui a dit qu’on ne faisait rien en apprentissage ?) et aux à-côtés prenant en ce moment. Mais j’ai toujours plein d’idées pour ce blog, et je ne désespère pas de trouver le temps (et parfois le courage), de me poser pour les écrire.

Bref, comme promis, je vais vous faire le bilan du défi MinsGame que j’ai réalisé en novembre. Pour rappel, j’explique ce qu’est le défi dans cet article. Et vous pouvez retrouver mon bilan à mi-parcours ici.

 

■ Est-ce que c’est une réussite ?

Eh bien… Oui ! Enfin… presque, diront les puristes.

J’ai accompli ce challenge jusqu’au jour 28 inclus. Il me reste le jour 29 et le jour 30 à réaliser, soit 59 objets. Comme indiqué dans mes articles précédents, je bouclerai donc ces deux derniers jours fin décembre, chez mes parents… Là où j’ai encore pas mal d’affaires en « stockage ».

 

■ En images, ça donne quoi ?

Quelques photos des objets qui sont sortis de mon chez-moi :

 

 

■ Pièce par pièce, ça donne quoi ?

Plutôt que de faire un bilan global, je vais vous donner mon ressenti, pièce par pièce :

    • La cuisine : j’ai peu de place dans cette « pièce », qui n’en est pas vraiment une, et tout était déjà calibré, millimétré dans les placards. J’ai seulement retiré quelques ustensiles qui étaient en doublon. Rien de spectaculaire au final.

 

    • Le salon et l’entrée : mon appartement étant assez petit, proximité de Paris oblige, il n’y a pas de meubles de rangement dans le salon. Par contre dans l’entrée oui. Je me suis allégée de quelques paires de chaussures et de livres n’apportant plus de réelle « joie » à les posséder. Cela m’a permis de gagner de l’espace pour centraliser les chaussures en un seul endroit, et pour accueillir les futurs livres (cadeaux de Noël, je vous ai anticipés !).

 

    • La salle de bain : le MinsGame m’a permis d’aller vers une salle de bain vraiment Zéro-déchet et Slow Cosmétique. Je me suis débarrassée des derniers objets, crèmes, laits pour le corps que j’hésitais encore à jeter [certains iront à l’Association Féminité Sans Abris !]. J’ai aussi fait le tri dans les mille éponges usées que je gardais au-cas-où. J’ai maintenant des placards allégés, dont je peux voir le contenu d’un coup d’œil. Ils contiennent désormais seulement les ingrédients basiques : huile de coco, jojoba, rhassoul, glycérine végétale, savon de Marseille, quelques huiles essentielles…

 

    • La chambre : J’ai effectué un nouveau tri dans ma garde-robe, et j’ai retiré tous les vêtements que je n’avais pas mis depuis mon installation dans cet appartement (il y a bientôt un an… déjà !). Sans pour autant parvenir à une garde-robe où tout est compté du type 3-3-3, je pense m’être approchée grâce à ce MinsGame d’une garde-robe capsule. Ainsi, assez naturellement, j’ai réduit mon nombre de pantalons à 3 jeans (que j’ai depuis plus de 4 ans et toujours en excellent état), 3 pantalons de couleur (bleu, noir – oui, je sais, ce n’est pas une couleur – et marron), 3 pantalons pour le travail, une dizaine de hauts (débardeurs, blouse, t-shirt…), une dizaine de robes (été et hiver confondus), 5 ou 6 shorts/jupes, 3 vestes/gilets… Le MinsGame m’a permis de vraiment faire ressortir les vêtements dont je me sers régulièrement. Je pense ainsi garder cette base, et remplacer les vêtements qui s’use au fur et à mesure, par des vêtements plus éthiques et durables. La majorité de ma garde-robe actuelle venant de H&M, Zara et compagnie (au moins, c’est facile de faire mieux !). J’ai également trier et réorganiser le bureau. Maintenant tout à une place, et plus besoin de mettre des choses en hauteur (coucou les boîtes au-dessus de la penderie !).

 

    • La cave : Une autre réussite de ce MinsGame, c’est le tri effectué dans la cave. Beaucoup de pièces de vaisselle inutilisées, qui sont retournées à leur propriétaire, des cartons et autres choses abîmés qui sont partis à la poubelle. Après un peu de rangement, il y a maintenant assez de place pour accueillir un lombricomposteur ! (et cette pièce m’angoisse moins en vue du déménagement à venir !)

 

■ Et si c’était à refaire ?

Ce MinsGame m’a permis de vraiment désencombrer mon intérieur, même si je ne pensais initialement pas avoir tant de choses à jeter que cela. Et pourtant, c’est tout de même 406 objets qui ont quitté mes 35m2.

Au final, il reste une sensation d’espace, et le confort de savoir que chaque chose est à sa place. Avoir peu d’objets, c’est pouvoir les ranger facilement, et donc avoir moins de bazar. Pour quelqu’un à tendance bordélique comme moi, le minimalisme est une bénédiction !

Le côté sympa du minimalisme aussi, c’est sur le plan social. Sur Instagram, on était plusieurs à le faire en même temps, et c’est très motivant !

Maintenant, est-ce que je le referais ?

Eh bien, dans l’immédiat, non. Je n’ai plus grand chose à jeter. Mais si jamais je me laisse envahir à nouveau, pourquoi pas. C’est une expérience intéressante, qui donne matière à réfléchir sur la surconsommation et le matérialisme. C’est aussi une remise en question personnelle. A quel moment a t’on été assez « stupide » pour acheter tel ou tel objet et croire qu’il nous était nécessaire ? Qu’il allait nous rendre heureux ? Le MinsGame m’a permis de réfléchir à la manipulation que nous subissons tous via les médias/le marketing. C’est bête, mais j’ai de plus en plus de mal avec les publicités, que ce soit dans le métro, les journaux, sur les réseaux sociaux etc… Même en ayant plus de télévision, elle est toujours omniprésente (et c’est là que je me rends compte que j’ai un discours de « hippie », vraiment à côté de la société actuelle).

 

 

Et vous… Prêt à relever le défi ?

2 commentaires

  1. Haaa le discours de hippie, je me retrouve bien là dedans!
    Surtout avec les fêtes qui approchent et les cadeaux qui vont avec…je me pose beaucoup de questions sur la surconsommation, l’utilité, etc…
    Certes c’est un discours à coté de la société actuelle, mais je pense qu’il serait bon que la société ralentisse un peu coté consommation!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *